La mode masculine évolue constamment d’année en année. Les styles et les tendances vont et viennent formant une forme de cycle perpétuel. Et c’est exactement ce qu’a pu constater Peter Greer, véritable encyclopédie vestimentaire, depuis le début de sa carrière comme styliste, il y a 35 ans déjà. On est allé à la rencontre de Peter Greer, Styliste expert. Découvrez son histoire sartoriale et sa vision du style!

L’ÉVOLUTION DE LA MODE MASCULINE

RALPH LAUREN: UN PIONNIER DE LA MODE MASCULINE

Celui-ci commence sa carrière en 1986 à Ottawa dans une boutique d’une marque bien connue: Ralph Lauren. À l’époque, l’entreprise avait une très grande présence à travers les grandes villes canadiennes et proposait un élément différenciateur important: au lieu de se rendre chez un grand détaillant comme la Baie d’Hudson, il y avait des magasins Ralph Lauren pour s’y procurer des vêtements comme leur porte-étendard, le fameux Polo. Peter a toujours considéré ces boutiques comme de véritables mini-musées, principalement en lien avec la présentation en sections séparées par gamme de produits unique. C’est dans la section plus formelle que Peter se sentait le plus à l’aise, ce qui était quelque peu prémonitoire pour la suite de sa carrière, c’est-à-dire devenir un véritable expert passionné par les complets pour hommes. Âgé d’à peine 21 ans, il aimait déjà le “vibe” du complet, l’énergie qu’il dégage.  D’ailleurs, c’est cet amour du Sartorial qui fut relié à ses premiers succès dans l’industrie. 

VÊTEMENTS DE NOSTALGIE ET UNE TOUCHE DE MODERNITÉ

À Ottawa, capitale officielle du Canada, les gens travaillant souvent pour la fonction publique n’étaient pas très extravagants avec leur style; c’était aussi le cas de la plupart des grandes villes gouvernementales durant les années 80. Les vêtements que ceux-ci achetaient et décidaient de porter au quotidien devaient durer longtemps et être assez sobres. Quand les premières boutiques Polo ont fait leur apparition dans la ville, les gens s’y rendaient, car celles-ci étaient perçues comme un vent de fraîcheur, ce qui était assez ironique, car Ralph Lauren est le grand spécialiste de ce que l’on peut qualifier de “vêtements de nostalgie”: la raison d’être de l’entreprise est de revisiter le passé pour concevoir ses nouvelles collections, ainsi que la coupe et le style des vêtements qui les composent. 

LA MODE RÉTRO MODERNE

Désireux de créer l’illusion d’acheter un produit qui vient de Londres, alors que tout était conçu en Amérique, Ralph Lauren a recréé ces articles classiques tout en étant très ambitieux dans ses créations. Ce fut alors le retour des cravates à rayures Ivy League, des chemises à col américain (les fameux OCBD) que l’on ne pouvait trouver qu’à Boston ainsi que des complets élégants et typiquement anglais, sans avoir à traverser l’océan pour les acheter.

Le look de ces vêtements était très traditionnel, mais avait une coupe plus longue et plus forte. Aucun homme ne portait de vêtements serrés comme on le voit aujourd’hui. Le look vestimentaire de l’époque, qui était assez universel dans le domaine de la mode masculine, était de présenter une coupe un peu plus large et évasée pour créer un style assez rétro rappelant la mode des années ‘30.

L’ÉVOLUTION DES STYLES ET DES COUPES

Si on “colle” des vêtements sur quelqu’un, les imperfections vont ressortir. Par contre, si le vêtement a lui-même une forme qui lui est propre, on peut donner cette forme au corps et c’est ce qui a fait le succès du complet dans les années ‘30, et pourquoi ce genre de coupe revient aujourd’hui. 

Au Canada, nous avons toujours été en retard côté mode. À quelques mois des États-Unis et quelques années en Europe. Cela peut provenir de la sorte de philosophie commune que nous avons ici de nous conformée aux autres, de ne pas vouloir trop sortir de l’ordinaire, et donc d’attendre que les autres le fassent avant de se lancer dans une nouvelle tendance. Les gens veulent voir leurs amis et leurs collègues porter quelque chose avant de l’essayer eux-mêmes. Le simple fait d’être exposé à des magazines et des images ne suffit pas pour prendre l’initiative.

DE L’EUROPE À L’AMÉRIQUE : L’ART DE DEVENIR UN EXPERT DE LA MODE MASCULINE 

À peine quelques années plus tard, lorsque je travaillais en Europe, j’ai pu observer le début de cette tendance des complets à devenir de plus en plus serrés, notamment chez les tailleurs français.

Peter L. Greer.

“Le fait d’arborer des tenues plus classiques a fait en sorte que ma clientèle avait presque le double de mon âge; j’avais beaucoup d’affinités avec les 40 ans et plus, parce que la façon dont je m’habillais, qui est la même qu’aujourd’hui, je leur rappelais une époque à laquelle ils s’identifient, souvent celle de leurs parents ou même grands-parents”, nous raconte Peter. Avec l’arrivée des tailles plus ajustées chez les stylistes européens, l’effet n’a pas tardé à se faire sentir en Amérique: les hommes devenaient beaucoup plus conscients de leur corps, et cela se reflétait maintenant aussi dans leurs vêtements. 

LE PASSAGE D’UN AMATEUR À UN EXPERT STYLISTE

Ce que Peter veut faire dans sa pratique, c’est rendre les choses simples pour ses clients. “C’est de prendre des concepts complexes et de les présenter à mes clients pour qu’ils les comprennent, sans avoir besoin d’un PhD en stylisme”, explique-t-il. C’est à partir de là que Peter a commencé à se sentir détaché de la marque, parce que la direction que celle-ci prenait ne correspondait pas à ce qu’il voulait accomplir. Pour porter les vêtements offerts chez Ralph Lauren, il fallait être un spécimen presque parfait, parce que plus une coupe est ajustée, plus les défauts de nos corps ressortent. La réalité est que cela ne s’applique pas à la majorité des hommes. Et quand un homme porte un complet, c’est pour être à son meilleur. Avec des vêtements qui sont faits sur mesure, Peter peut s’assurer que chaque client a une coupe qui correspond à son corps, le mettant à son avantage! 

Cette nouvelle tendance a créé une demande pour des costumes très ajustés. Ce qui rendait presque désuètes beaucoup de pièces achetées dans les années ‘80. C’est une chose avec laquelle Peter n’est pas d’accord: un complet devrait durer le temps d’une vie, pas s’éteindre avec la mode rapide qui va et vient. Bien qu’à l’époque cela ne changeait pas grand-chose, aujourd’hui à l’ère du développement durable, Peter est soudainement redevenu “à la mode”. D’ailleurs, c’est quelque chose qu’il prône depuis le début de sa carrière: “De mieux acheter et d’acheter moins”. Le coût initial sera certes plus élevé, mais cela en vaut la peine à long terme, tant monétairement que côté style. Ce sont des vêtements qui valent aussi la peine d’être réparés, ce qui ajoute à leur durée de vie. Apprenez-en davantage sur les bienfaits du sur mesure en lisant l’article Mode durable: le fast-fashion vs le sur mesure.

CONSEIL DE STYLE POUR L’ANNÉE

COULEUR DE L’ANNÉE SELON PETER : LE VERT

“Le vert. J’aimerais dire le brun, mais cette couleur semble paraître trop classique et ne semble jamais accrocher l’œil de mes clients, même si elle a beaucoup de potentiel. Le vert est de plus en plus courant dans les habits que je conseille, j’en porte même un en ce moment! Ce qui est difficile avec cette couleur, c’est son accessibilité; il n’y a pas beaucoup de manufacturiers qui en offrent, ce qui fait que nous sommes assez limités côté motifs. On peut donc se concentrer sur les différentes teintes de vert si on désire se démarquer.”

PRENDRE RENDEZ-VOUS AVEC PETER >

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *